Série


Quatre gouttes de pluie
Que le printemps augmente
Aussitôt qu’il fait nuit
Et de nouveau, qu’il vente,
De l’odeur d’une terre
Maritime et lointaine
Comme si les voiliers
Dans les airs se promènent

Trois elfes fatigués
Rongés par une attente
Inconnue, prolongée,
Veillent dans la tourmente

Deux vaisseaux du désert
Lourds d’encens et de menthe

Un jour me n’en irai

À propos de grmin

Comme le H du mot Hawaï, je ne sers à rien Voir tous les articles par grmin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :