No calling again


Le téléphone vibre encore
De la couleur de ton parfum
Qui en émane, comme d’un
Sablier, pourtant inodore.

Ta voix, devenue incolore;
Dépouillée de ses verts et bruns
Sans mots, me traite d’importun.
Ce téléphone là est mort.

Mieux ça que des mots qui me mentent
En me laissant dans une attente
Anonyme, puits de douleur.

Rien n’est venu et c’est dommage.
Et, puisque tout n’était que leurre
Je pars : l’appel d’autres rivages …

À propos de grmin

Comme le H du mot Hawaï, je ne sers à rien Voir tous les articles par grmin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :