Vespéral’Inspiration


Mon rêve était de sable rouge et de nuits argentées. Été. La douce moiteur du crépuscule, bulle, flânait dans cet eternellieu de villégiature pure. Exquise esquisse où l’ennui a été définitivement élevé au rang d’un art majeur. Où l’art lui même atteint enfin le raffinement suprême, blême, par l’éphémère même de sa démarche, incertaine.

Mon ciel était de paillettes d’or sous un sommeil plombé. Les flaques de chaleur -leur, où les mirages vibrondulent -dulent n’envoient que de moires reflets de la langueur qui passe : « Passe la nuit et passent les semaines, passe la vie, je me souviens, je t’aime … » Qui passe et se prélasse comme la piste empoussierrée qui s’entrelace et qui ce lace autour du chaos érodé, dés, amas de roches basaltiques. Un tas de pierres errratiques.

Moon-la-lune était rousse. Douce. Le soleil couchant, à regrets, laissait trainer encore un tout dernier lambeau de vermillon soufré, frais, oubliant sa couleur, nimbant d’un chatoiement subtilement fluorescent la nacre nébuleuse, heureuse, du crépuscule semi-désertique, antique.

Dernier luxe hiératique, musique, de palpiter, à s’enivrer, de la bouffée d’air inspirée, rêvée.

En pensant à Vermillon Sands
de J.G. Ballard.

À propos de grmin

Comme le H du mot Hawaï, je ne sers à rien Voir tous les articles par grmin

One response to “Vespéral’Inspiration

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :